Les personnages

Léo Van Meegeren

Léo est un jeune peintre new yorkais qui sort tout juste de la prison de Rikers. Avant son incarcération, Léo était faussaire : il peut peindre des toiles de Pissaro, Renoir, Van Gogh ou Matisse aussi bien que les peintres eux-mêmes.

À sa sortie de prison, Léo essaye doucement de reprendre le cours de sa vie dans son loft new-yorkais. C’était sans compter sur un de ses anciens clients, un riche collectionneur que Léo a arnaqué, qui est bien décidé à le faire payer…

Léo a une sœur, Kitty, et un jeune neveu, Tim.

Lorraine Demarsan

Lorraine est une parisienne de 35 ans, associée dans l’agence de communication DB&S. Elle vient de recevoir une promotion pour diriger la filiale new yorkaise de l’agence.

Vingt-huit ans plus tôt, elle a perdu son père, un célèbre galeriste de Manhattan, abattu dans la rue par un inconnu jamais identifié. Lorraine cherche à acheter aux enchères le célèbre tableau de Victor Czartoryski, La Sentinelle, que son père a autrefois exposé dans sa galerie.

Depuis peu, Lorraine reçoit des messages d’un énigmatique individu qui prétend être l’assassin de son père et qui affirme vouloir la tuer elle aussi.

Lorraine a un frère plus jeune qu’elle, Dimitri. Elle est très proche des deux directeurs de l’agence dans laquelle elle travaille, les deux Paul : Paul-Henry Salomé et Paul Bougine.

Le chien

Après sa sortie de prison, Léo décide d’adopter un cocker spaniel qu’il appelle…  « le chien » !

Léo aperçut des dizaines de races. Le local était immense, sans fenêtre, éclairé au néon.
— Vous le voulez gros ou petit ? hasarda le jeune homme, s’avançant dans les allées.
Les animaux s’agitaient, allaient et venaient, réveillés par cette présence humaine.
— Ni trop gros ni trop petit.
— Euh… quelle couleur ?
— N’importe quelle couleur fera l’affaire… un avec des poils.
— Mmm…, les chiens ont des poils, en général.

— C’était pour rire, dit Léo.
Ah ah.
— Celui-là, dit-il soudain.

(…) Léo eut une pensée un peu triste pour tous les chiens moches qui ne trouveraient pas preneur et il faillit renoncer pour choisir le spécimen le plus laid du refuge. Mais déjà le petit animal à la robe marron et feu s’était approché de la vitre en trottinant et, dressé sur ses courtes pattes arrière, la grattait de ses griffes en regardant amoureusement Léo, la gueule ouverte, la langue pendante. On aurait pu croire qu’il souriait.
— Vous avez un match, dit le jeune homme. (pages 54/55)

Zach

Zach est un ami de longue date de Léo. Il possède la galerie d’art « Le 55 » en plein cœur de Manhattan. Zach est très grand – un mètre quatre-vingt-quinze -, a une mèche de cheveux blond et porte d’extravagante lunettes à monture dorée.

Il accompagne Léo chez Laurie’s où a lieu la vente aux enchères de La Sentinelle de Victor Czartoryski.

Gonzo

Gonzalo, dit Gonzo, a fait partie pendant dix ans des Navy Seals, l’une des forces spéciales les plus redoutées au monde, dont la devise est « le seul jour facile était hier ». Rendu à la vie civile, Gonzo s’est reconverti en chauffeur de limousine. Avec son ami Léo, ils aiment se retrouver à la salle de boxe « Trevor Boxing ».

%d blogueurs aiment cette page :